« Veux une tartine au chocolat pour goûter » : absence de sujet en référence à soi chez une enfant francophone - PRISMES Access content directly
Journal Articles SHS Web of Conferences Year : 2022

« Veux une tartine au chocolat pour goûter » : absence de sujet en référence à soi chez une enfant francophone

Abstract

Around 3, French-speaking children mainly use a syntactic subject when referring to their own actions or internal states, but they still produce predicates with no subject. This phenomenon could be seen as surprising since French is a language that requires syntactic subjects. Why are predicates without subjects still used by children at a time when their linguistic system is already quite rich? In this study, we test different hypotheses and compare the use of predicates with and without subjects when a French-speaking child, longitudinally recorded in interaction with her mother, refers to herself. Analyses were conducted between 2;01 and 3;03, as she produces more than 85% of subjects when referring to herself. We show that the last predicates used without subjects when referring to self are mainly internal state predicates. Based also on analyses of reference to the mother and reference to the child by the mother, we suggest that the child builds a specific category of predicates that semantically integrate self-reference.
Autour de 3 ans, les enfants francophones se désignent le plus souvent à l’aide d’un sujet syntaxique lorsqu’ils réfèrent à leurs propres actions ou états internes, mais ils produisent encore parfois des prédicats sans sujet. Ce phénomène est d’autant plus surprenant que le français est une langue dans laquelle l’expression du sujet syntaxique est théoriquement obligatoire. Comment expliquer l’usage de ces prédicats sans sujet, à une période où le système grammatical des enfants s’est pourtant considérablement enrichi ? Dans cette étude, nous testons différentes hypothèses en comparant l’usage des prédicats avec et sans sujet en référence à soi dans les productions d’une enfant francophone filmée longitudinalement en interaction avec sa mère. Les analyses portent sur la période entre 2;01 et 3;03, quand l’enfant produit plus de 85% des sujets syntaxiques lorsqu’elle réfère à elle-même. Nous montrons que les derniers prédicats sans sujet produits en référence à soi sont principalement des prédicats d’états internes. En nous appuyant également sur des analyses de la référence à la mère interlocutrice et de la référence à l’enfant par la mère, nous suggérons que l’enfant construit de manière transitoire une catégorie particulière de prédicats dont le sémantisme intègre la référence à soi en tant que sujet.

Domains

Linguistics
Fichier principal
Vignette du fichier
Caet&Morgenstern-CMLF-2022.pdf (2.73 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publication funded by an institution

Dates and versions

hal-03818338 , version 1 (17-10-2022)

Identifiers

Cite

Stéphanie Caët, Aliyah Morgenstern. « Veux une tartine au chocolat pour goûter » : absence de sujet en référence à soi chez une enfant francophone. SHS Web of Conferences, 2022, 138, pp.09010. ⟨10.1051/shsconf/202213809010⟩. ⟨hal-03818338⟩
30 View
15 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More