L'aristocrate et la corailleuse - Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2020

L'aristocrate et la corailleuse

Résumé

L'aristocrate et la corailleuse Lamartine, donc, alla dans sa jeunesse « grazieller » l'étrangère, selon le néologisme ironique de Corbière. Et ce voyage en Italie nous importe en tant qu'il eut un impact ineffaçable et premier non seulement sur l'oeuvre elle-même (par l'inclusion de Graziella dans les Confidences) mais aussi sur la genèse de cette oeuvre, à la fois poétique et politique, inséparablement. Avant Raphaël, placé en regard, Graziella se fait la mémoire (et le mémoire) des Méditations et de tout ce qui vint ensuite dans leur sillage. Sachant que dans le cas lamartinien le roman revient toujours, longuement, gloser le poème, et expliciter sa circonstance lyrique. Les deux titres (Graziella, Raphaël) disent ensemble, quand on les écoute dans leur succession, un couple impossible : deux seuls prénoms, des prête-noms, le féminin, puis le masculin, deux façons de vivre l'amour et d'accéder par lui à la littérature, l'héroïne procitane, abandonnée, morte d'amour, à laquelle fait pendant juste après le poète sans oeuvre, renvoyé à lui-même et métamorphosé par Julie morte. Car Lamartine interroge le moment de sa propre invention (d'écrivain appelé à l'action) en le tournant en mythe, par l'ouverture que ce voyage représenta, par cette façon qu'eut le jeune aristocrate de se frotter à la différence, à celle de la passion populaire qui changea sa vision du monde de façon à altérer en lui, en profondeur, les codes classiques de l'écriture comme des représentations sociales. Lamartine vieilli y revient, parce qu'il fut justement à la fois un éblouissement et un « premier regret », c'est-à-dire un en-deçà des potentialités passionnelles comme des propositions politiques, au moment d'une initiation à l'existence de l'autre dans sa corporéité sensible et son appartenance quasiinéluctable à un milieu. Le « grand écrivain » converti à la gauche républicaine livre donc au public un roman insulaire en forme d'épure, marqué au fer rouge du vécu, qui ouvre la voie de l'autofiction, dans une confidence qui tourne, sur une île, parmi de pauvres gens, à la scène primitive. On y observe que Lamartine ne cesse d'interroger le rôle de la littérature, qui fait naître à soi-même tout en exerçant un effet fascinant et mortel. Si la vocation d'écrire se révèle, c'est d'abord dans ce contexte d'un faux paradis infesté par le roman d'amour et contaminé tragiquement par les clivages sociaux : Paul et Virginie, pastorale colportée par un apprenti-poète mi-enchanteur mi-imposteur, signe la mort de Graziella. Et cette fin pathétique marque peut-être aussi pour Lamartine l'abandon progressif, avec la posture du jeune légitimiste par tradition familiale, d'un ancien régime d'écriture, dans la nostalgie d'un amour qui aurait pu être. Ce qui nous intéresse ici n'est pas la réalité des faits, pour autant qu'on ait réussi à les reconstituer. Cet aristocrate en goguette, provincial et charmant, que fut le futur poète, se décrit non sans complaisance sur la route de son Grand tour, à la façon de ses pairs, aspirant au dépaysement et à la culture, désireux de prendre le grand bain de soleil des vestiges antiques : savoir refroidi, qui ne le
Fichier principal
Vignette du fichier
L'aristocrate et la corailleuse.pdf (315.78 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03957913 , version 1 (26-01-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03957913 , version 1

Citer

Aurélie Foglia Loiseleur. L'aristocrate et la corailleuse : Journée d'études consacrée à Graziella de Lamartine. Lamartine, Graziella, François Vanoosthuyse, May 2019, Rouen, France. ⟨hal-03957913⟩
1 Consultations
12 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More